ATP SOFT, la société Notre gamme de  logiciels spécifiques Espace Téléchargement Conseils et assistance technique Qui contacter chez ATP SOFT ?

1er Editeur français de logiciels de gestion spécifique pour boutiques de téléphonies mobile.

3 bonnes raisons
de choisir ATP SOFT
  • Simplicité d'utilisation de nos logiciels
  • Evolution permanente de nos produits
  • Qualité de notre assistance technique

Actualités sur la téléphonie mobile

05/01/2010 : Google pourrait dévoiler un téléphone multifonctions très attendu

Le secteur économique de la téléphonie mobile devrait atteindre le chiffre record de deux milliards d'utilisateurs dans le monde en 2010, soit un habitant de la planète sur trois. C'est dans ce contexte que le premier Google Phone, plus connu sous le nom de Nexus One, devrait faire parler de lui au cours d'une grande conférence de presse au siège de la firme de Mountain View ce mardi 5 janvier 2010.

La guerre est désormais ouverte entre l'iPhone d'Apple, avec ses milliers d'applications, le BlackBerry du Canadien RIM, qui séduit plutôt les hommes d'affaires et maintenant le Nexus One annoncé de Google, basé sur son système d'exploitation maison Android qui est déjà en usage dans plusieurs smartphones. Côté technologie, ce Google Phone est entièrement tactile comme l'iPhone d'Apple. Il devrait être commercialisé sous la marque Google, mais fabriqué par le taïwanais HTC.

Google Phone devrait disposer de carte mémoire extensible ainsi que d'un appareil photo de 5 Mégapixels. Pourtant, le Nexus One ne semble pas être l'iPhone killer que certains prévoyaient. Par exemple, pas de 3G, du moins chez l'opérateur du mobile en test AT&T, pas d'écran multitouches non plus, aux États-Unis pour l'Europe on verra... Pour l'instant sa sortie commerciale n'est prévue qu'aux États Unis

Auteur : Dominique Desaunay
Source RFI

18/12/2009 : Free devient le 4eme opérateur de téléphonie mobile

Après Orange, SFR puis Bouygues Telecom, Free devient le 4° opérateur de téléphonie mobile.
L'ARCEP, l'autorité de régulation des télécoms vient en effet de publier sa décision qui retient la candidature de Free Mobile dans le cadre de la procédure lancée le 1er août 2009.

Avec l'obtention de cette quatrième licence 3G portant sur 5 MHz dans la bande 2,1 GHz, Free réalise une opération qui lui permettra d'attaquer le très « lucratif » marché de la téléphonie mobile au grand damne de ses trois concurrents qui voient d'un très mauvais oeil son arrivée.

L'ARCEP juge pour sa part que « l'arrivée de ce nouvel acteur devrait avoir un effet favorable sur la dynamique du marché de la téléphonie mobile, et, plus généralement, devrait être un facteur positif pour le développement des services de communications électroniques ».

Cet octroi de licence mobile impose à Free de respecter ses engagements que le gendarme des télécoms résume ainsi :
- proposer au consommateur des offres claires et innovantes à des tarifs compétitifs de nature notamment à faciliter l'accès à l'Internet mobile.
- accueillir des opérateurs mobiles virtuels (MVNO), sur les plans commercial, contractuel et technique notamment des MVNO « complets » (full MVNO) sur son réseau.
- ouvrir commercialement son réseau mobile au plus tard deux ans après la délivrance de l'autorisation et à couvrir, d'ici huit ans, au moins 90% de la population par son réseau 3G

Source ARCEP et dslvalley.com

16/09/2009 : 4e licence 3G : Sarkozy n'est pas pour un opérateur low cost

Le journal Les Echos rapporte les propos du Président de la République lors d'un déjeuner avec les députés UMP qui suggèrent que les obstacles à l'arrivée d'un nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile sont loin d'être levés.
Depuis le mois d'août, un appel à candidatures est ouvert pour faire émerger un quatrième opérateur mobile avec un accès privilégié à un bloc de 5 MHz de fréquences pour 240 millions d'euros. A l'heure actuelle, seul le groupe Iliad ( Free ) s'est fermement engagé à déposer un dossier tandis que d'autres évaluent les conditions et que les trois opérateurs historiques français s'apprêtent à contester le montant auprès de la Commission européenne.

Le climat n'est donc pas des plus sereins et les obstacles s'annoncent nombreux pour qui souhaite entrer sur le marché français de la téléphonie mobile. Et, selon le journal Les Echos, même le président de la République n'y serait pas spécialement favorable.

Free...oui mais non ?
Lors d'un déjeuner avec les députés UMP, Nicolas Sarkozy aurait affirmé être " assez sceptique et réservé sur le choix d'un quatrième opérateur mobile. Car le prix le plus bas n'est pas forcément le meilleur. "

La déclaration semble viser directement Free, qui n'a jamais caché son intention de bousculer les prix, et va dans le sens des positions des trois opérateurs en place, dont les associations de consommateurs fustigent les efforts TSF ( Tout sauf Free ) pour faire capoter l'arrivée du groupe de Xavier Niel.

Le gouvernement a pourtant donné le feu vert de l'appel d'offres et ne peut théoriquement plus faire machine arrière, l' Arcep, autorité indépendante, étant désormais seule à même de décider de l'arrivée d'un nouvel opérateur...à moins de refuser le dossier sur la base des critères requis, comme cela a été fait en 2007 pour Free, alors seul candidat mais dont le volet financier du dossier était volontairement non conforme aux attentes pour tenter d'obtenir des modalités financières assouplies.

Les manoeuvres en coulisses devraient donc reprendre de plus belle, même si la Commission européenne elle même s'est montrée favorable à l'entrée d'un nouvel opérateur sur un marché français de la téléphonie mobile cadenassé par les opérateurs historiques.

Toujours selon Les Echos, cette phrase signifierait que le gouvernement ne souhaiterait pas voir émerger un opérateur venu seulement pour casser les prix, avec des conséquences économiques sur l'emploi au niveau des opérateurs, mais plutôt un acteur engagé sur les investissements et l'aménagement du territoire, laissant la porte ouverte à d'autres candidats que Free.

Source generation-nt.com et lesechos.fr

03/09/2009 : Le nouveau Windows Mobile 6.5

L'été fût marqué par la sortie du nouveau iPhone d'Apple qui domine incontestablement le marché des téléphones mobiles multimédia dans le monde. On dénote aussi l'arrivée du nouveau téléphone sous Android (le système d'exploitation mobile développé par Google de plus en plus populaire) chez HTC : le Hero qui embarque la version 9 d'un lecteur Flash.

Le grand absent de la scène des smartphones de ces derniers mois fait son apparition : Microsoft propose une nouvelle version de Windows Mobile qui passe à la 6.5, et annonce la date de sortie de son propre téléphone pour le 02 Octobre 2009 alors que la version 7 n'est prévue que pour 2010.

Windows Mobile 6.5 présente de nombreuses améliorations telles que le remaniement de Pocket Internet Explorer (qui supporte dorénavant le flash). L'interface utilisateur a elle aussi été revue, et est plus aérée et personnalisable, sans oublier les Widgets qui font leur apparition. Mirosoft ouvre aussi sa propre boutique de téléchargement d'application mobiles en ligne : Marketplace. Enfin, un nouveau service baptisé myPhone permettra aux utilisateurs de synchroniser diverses données avec un serveur distant (tels que les contacts).

À l'instar des Google Phones, les nouveaux téléphones qui fonctionneront sous Windows Mobile 6.5 seront désignés comme des Windows Phones.

En France, les Windows Phones disponibles seront fabriqués par ACER, HTC, LG, Samsung, Sony Ericsson et Toshiba. Ils seront commercialisés dans les grandes enseignes de la téléphonie mobile comme Orange, mais c'est SFR qui fournira en avant première des téléphones avec LG et Samsung dès le 07 Octobre 2009.

Source ZoneHD.net

01/09/2009 : SFR, nouveau propriétaire de Mobisud France

L'opérateur français de téléphonie mobile a racheté les parts de Maroc Télécom.
Mobisud France fait désormais partie du giron de l'opérateur mobile français SFR. Spécialisé dans les communications vers le Maghreb, Mobisud pourrait faire gagner de nouveaux clients à SFR, numéro deux de la téléphonie mobile en France.

SFR et Maroc Télécom, toutes deux filiales respectivement à 56% et 53% du groupe Vivendi, se partagent désormais le gâteau Mobisud. L'opérateur virtuel de téléphonie mobile (MVNO) est spécialisé sur la destination Maghreb à partir de la France et de la Belgique. A SFR, Mobisud France qui émet déjà sur son réseau radio. Détentrice jusqu'ici de 16 % des parts du MVNO, l'opérateur mobile français s'est offert les 66% dont Maroc Telecom était propriétaire dans le capital de Mobisud. Le reste demeure entre les mains du holding marocain, Saham. L'opérateur historique au Maroc garde, lui, ses 100% dans Mobisud Belgique, firme plus florissante selon les analystes.

Depuis son lancement en 2006, Mobisud peine à s'affirmer sur un marché estimé à cinq millions de personnes en France. Elle n'a réussi qu'à s'attirer les faveurs de 60 000 clients, d'après le journal économique français La Tribune. En comparaison, Mobisud Belgique, lancé plus tard, en a 100 000. Par ailleurs, le MNVO français aurait perdu 19 millions d'euros en 2008 en dépit d'un chiffre d'affaires en augmentation. Mobisud France a par ailleurs réduit son offre. A ses débuts, la firme proposait des abonnements, mais aujourd'hui elle ne commercialise plus que des cartes prépayées.

En rachetant l'opérateur virtuel de téléphonie, SFR se débarrasse-t-il d'un concurrent ou compte-t-il lui faire bénéficier de sa bienveillante ombre commerciale dans le but d'accélérer son développement ? Quel que soit le dessein de l'entreprise française, numéro deux du marché du mobile, elle étoffe sa clientèle face à Orange qui compte 22,5 millions de clients mobile, contre 19,8 pour SFR. Au premier semestre 2009, cette dernière a gagné 466 000 abonnés.

Source afrik.com

31/08/2009 : 4ieme opérateur de téléphonie mobile

Le PDG du groupe Bouygues n'est pas content, et compte bien le faire savoir au niveau européen. Il envisage sérieusement de porter plainte à Bruxelles pour contester le prix de la quatrième licence 3G. «En 2000, Orange et SFR devaient payer 5 milliards d'euros leur licence. Quand Bouygues Telecom a obtenu la sienne à 619 millions, Bruxelles a trouvé normal de ramener le prix à 619 millions d'euros pour Orange et SFR. Si la licence coûte maintenant 240 millions d'euros, je ne vois pas pourquoi les mêmes causes ne produiraient pas les mêmes effets», a-t-il déclaré.

Martin Bouygues estime que payer deux fois et demi moins cher que les autres pour rentrer dans la bataille de la téléphonie mobile s'apparente à une aide d'Etat. France Telecom, déjà de cet avis, a déposé une plainte similaire au début du mois d'août.

Pour le patron de Bouygues, faire rentrer un nouveau joueur sur le marché est fantaisiste tant que le problème des antennes relais n'est pas réglé. En effet, celui qui obtiendra la quatrième licence devra se faire une place parmi le parc d'antennes en place. Or, pour Martin Bouygues, c'est clair: «On ne peut plus déployer d'antennes. Dans les zones urbaines, les opérateurs sont locataires de 96 % des sites. On nous demande d'héberger le futur opérateur, mais c'est valable quand nous sommes propriétaires des sites. Le contrat ne prévoit pas de sous-location. C'est totalement irréalisable».

Pour tenter de décourager Free, candidat déclaré à l'appel d'offre, difficile de faire mieux. Le directeur du groupe n'a d'ailleurs jamais masqué son désamour envers Iliad, la maison-mère de Free, qui avait annoncé son intention de diviser par deux les prix des forfaits si la licence lui était accordée. «Quand je compare la rentabilité des uns et des autres, je constate que Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom. Si l'on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l'ADSL avant de penser à venir sur le mobile», avait lâché en mars Martin Bouygues.

En attendant, l'appel à candidatures est ouvert depuis le début du mois d'août et se termine le 29 octobre prochain. Le temps pour Free de parfaire ses arguments pour répliquer.

Source 20minutes.fr

27/08/2009 : Nokia Money : transfert d'argent sur mobile

Le mois d'août est particulièrement mouvementé pour le Finlandais Nokia. Après l'annonce de nouveaux téléphones mobile et surtout de son netbook Booklet 3G de 10,1 pouces, voilà que le géant de la téléphonie mobile dévoile Nokia Money, un service financier, pour mobile.

Le rôle de Nokia Money est de permettre « d'envoyer de l'argent à une autre personne uniquement en utilisant son numéro de téléphone portable, ainsi bien que de payer des commerçants pour des biens ou des services, payer ses factures, ou recharger ses cartes SIM prépayées » explique Nokia.

Surfant sur le développement des services financiers via téléphone portable, notamment dans les pays où les banques sont peu développées et où l'échange est malgré tout indispensable, Nokia compte lancer son service monétaire au début de l'année prochaine.

Nokia Money fonctionnera 24h/24 et est actuellement conçu en partenariat avec Obopay, spécialiste dans les paiements par mobile.

Si Nokia compte bien attirer les clients mobiles des pays en voie de développement ne disposant pas de compte bancaire, ceux des pays développés sont tout aussi concernés. Nokia pense ainsi que les ruraux comme les citadins pourraient acheter plus aisément via mobile leur billet de train ou leur place de cinéma.

Nokia Money s'annonce simple, sécurisé, et disponible sur le plus de téléphones mobile et un maximum d'opérateurs.

Avec 4 milliards de téléphones portables dans le monde, mais seulement 1,6 milliard de comptes bancaires, Nokia espère bien trouver là un nouveau moyen de diversifier ses revenus.

Les modalités financières du service sont par contre inconnues à ce jour.

Source PC Inpact et Nokia

27/08/2009 : 26 millions d'iPhone vendus en deux ans dans le monde

Le téléphone mobile représente un tiers de l'activité de l'entreprise californienne Apple. À côté des ordinateurs Macintosh et des baladeurs iPod, vendus à 217 millions d'unités depuis fin 2001, Apple s'est construit un troisième métier, en 2007 : la téléphonie mobile. L'iPhone a été vendu à 26,4 millions d'exemplaires depuis son lancement commercial en juin 2007 aux États-Unis et en novembre de la même année en France. Lors de sa mise sur le marché, des clients ont fait la queue pendant plusieurs heures à New York pour être les premiers à se procurer l'appareil, malgré son prix élevé.

Dans l'Hexagone, 1,8 million d'iPhone ont été commercialisés, surtout par Orange. SFR et Bouygues Telecom le proposent seulement depuis le début du printemps 2009. L'iPhone a été amélioré en trois versions successives, pour mieux se connecter à Internet et offrir des fonctions classiques existant chez ses concurrents, tel l'envoi groupé de SMS.

Même si le dernier né, l'iPhone 3GS, souffre encore de défauts (l'écran peut facilement se briser lors d'un choc), ce portable constitue une révolution. Il a rendu simple et intuitif l'accès à l'Internet mobile, grâce à son écran tactile. De ce fait, en deux ans, Apple a créé une branche qui représente, depuis le dernier trimestre 2008, près d'un tiers de son chiffre d'affaires.

Grâce à l'iPhone, présenté pour la première fois en janvier 2007, Steve Jobs, le président et cofondateur d'Apple, a créé un modèle économique vertueux. Comme il l'avait déjà fait avec iTunes et l'iPod, il a associé un magasin virtuel baptisé «App Store» (pour magasin d'applications) à son téléphone mobile. Ce site, ouvert le 11 juillet 2008, permet à Apple de contrôler les logiciels ajoutés sur ses appareils et d'engranger des recettes supplémentaires sans passer par les opérateurs de téléphonie mobile. Et, surtout, de proposer un modèle de partage des revenus aux dizaines de milliers de concepteurs d'applications. À Apple 30 % des recettes, à l'éditeur, 70 %. Il s'agit ainsi d'un «cercle vertueux» : l'entreprise californienne, en incitant à la création de nouvelles applications, augmente du même coup la valeur de ses produits.

Une autre preuve du succès ? Tous ses adversaires tentent de copier le modèle : Nokia, numéro un mondial des téléphones mobiles, Google, moteur de recherches le plus utilisé, et Microsoft, champion planétaire des logiciels, qui doit lancer son magasin d'applications. En attendant, 1,5 milliard de petits logiciels ont été téléchargés sur le site AppStore, qui propose 65 000 applications. Un record.

Source lefigaro.fr





video de demonstration de CLIC CONTACT
Marque d'acceptation
cbvisamastercard aurore


Clic Contact - Solution professionnelle d'envoi de SMS

ATP SOFT - 14 ter, Rue Baleste Guilhem - 33120 ARCACHON
Tél. : 05 56 22 19 19 - Fax : 05 56 83 77 94

© 2007-2008 ATP SOFT | Tous droits réservés


cgv clic contact
cgv clic surveillance
condition générale d'utilisation
Nos partenaires