ATP SOFT, la société Notre gamme de  logiciels spécifiques Espace Téléchargement Conseils et assistance technique Qui contacter chez ATP SOFT ?

1er Editeur français de logiciels de gestion spécifique pour boutiques de téléphonies mobile.

3 bonnes raisons
de choisir ATP SOFT
  • Simplicité d'utilisation de nos logiciels
  • Evolution permanente de nos produits
  • Qualité de notre assistance technique

Actualités sur la téléphonie mobile

Avril 2010 : Applications en ligne : accord croisé entre Nokia et Yahoo!

Stratégie - Nokia fournira ses services de cartographie et de navigation au portail Yahoo tandis que Yahoo! Mail et Yahoo! Messenger deviendront les services officiels de messagerie de Nokia.
Pour mieux lutter face au trio Google-Android-Apple, Nokia et Yahoo! ont uni leurs forces dans un accord croisé de fourniture de services Internet sur PC et sur mobiles.
Ovi Maps, le système gratuit de cartographie et de navigation de Nokia sera le service exclusif utilisé par Yahoo! pour ses différents sites.

A l'inverse, la firme finlandaise adopte la messagerie électronique Yahoo ! Mail et la messagerie instantanée Yahoo ! Messenger en rebaptisant ses propres services « Ovi Mail / Ovi Chat powered by Yahoo! ».

Bonne nouvelle pour Yahoo
Les deux alliés comptent également développer un système d'identification unique entre leurs services afin qu'ils soient accessibles facilement depuis un ordinateur ou un smartphone.

"Cette alliance a une raison d'être toute simple : fournir aux utilisateurs des expériences exceptionnelles, en ligne et sur leurs mobiles," note Olli-Pekka Kallasvuo, CEO de Nokia. "Nous permettons à des millions de clients Yahoo! dans des marchés clés, dont l'Amérique du Nord, de découvrir les fonctions uniques qu'apporte Ovi Maps. De même, l'expertise du web de Yahoo! apportera des améliorations importantes aux millions de clients Ovi Mail dans presque tous les pays du monde, dont beaucoup feront leur première expérience de l'Internet sur leurs mobiles."

Une partie de ces services croisés seront disponibles à partir du second semestre et la totalité en 2011. Cet accord est surtout une bonne nouvelle pour Yahoo qui cherche à rebondir dans le mobile. En avril dernier, le portail annonçait la fermeture de sa R&D consacré à la téléphonie mobile mais assurait que ses ambitions restent intactes.
Le discours officiel se veut rassurant mais en interne, on prend acte d'une stratégie inadaptée illustrée par les départs surprise de Mitch Lazar qui dirigeait le département Mobile, de Marco Boerries et de Steve Boom, qui s'occupaient de la division Connected Life.

Pour beaucoup d'observateurs, Yahoo s'est en fait endormi sur ses lauriers. Au départ, le groupe avait pourtant très bien joué la carte mobile en multipliant les partenariats avec les fabricants de terminaux afin d'y intégrer nativement ses services comme oneSearch (moteur de recherche) ou oneConnect.

Par la suite, son offensive Yahoo Mobile est arrivée trop tard, étrillé par les OS mobiles riches et les interfaces utilisateur des fabricants.Aujourd'hui, le géant se trouve un partenaire de poids en la personne de Nokia. Mais il lui faudra peut-être plus pour rattraper Google...(avec Eureka Presse)

Source : businessmobile.fr

Mars 2010 : Virgin Mobile confirme son rang de n° 4 français du secteur de la téléphonie mobile

Numéro quatre français du secteur depuis quelques mois, l'entreprise verra ses produits vendus dans deux nouvelles enseignes : Vivre Mobile et Metro.
Vivre Mobile est un réseau de vendeurs indépendants présents partout en France. L'offre Virgin Mobile sera désormais vendue dans tous leurs magasins.
Second partenaire : la chaine de supermarché grossistes Metro, alors qu'elle vendait déjà des cartes de rechargement l'enseigne distribuera des offres prépayées sans engagement. Vu que Metro est un supermarché destiné aux seuls professionnels cela veut dire que n'importe quel revendeur pourra commercialiser ces offres.

Grâce à ces nouveaux accords Virgin Mobile prévoit d'augmenter de 15% son nombre de points de vente. La société se donne les moyens d'accomplir son objectif : atteindre les deux millions de clients en 2010.

Source graphmobile.com

Février 2010 : Téléphonie mobile, du pain béni pour l’Afrique ?

L’impact économique des téléphones portables :
Les télécommunications ont pris une importance significative dans l’économie de la plupart des pays africains. Jean-Marie Huet, Senior Manager au sein du Cabinet BearingPoint et co-auteur d’un rapport intitulé Les enjeux financiers de l’explosion des télécoms en Afrique subsaharienne publié par l’Institut français de relations internationales (IFRI), en février 2010, sonde avec optimisme les effets de cette révolution.

Oubliés les lignes fixes et le service Internet à la maison, c’est désormais de téléphones portables dont raffolent les Africains. Selon un rapport publié sur le site de l’Institut français des relations internationales (IFRI), il y avait « 246 millions de souscripteurs aux services mobiles en 2008. (…) La croissance du marché mobile et de l’Internet est deux fois plus importante en Afrique que celle enregistrée au niveau mondial ».

« Le secteur privé est depuis une quinzaine d’années à l’assaut du marché des télécoms en Afrique. Une première vague de privatisations a eu lieu entre 1995 et 1997, suivie d’une deuxième en 2000 et 2001 ». En l’espace de quinze ans, le continent africain s’est imposé comme le nouvel eldorado de la téléphonie mobile. Orange, Telefonica, Vodafone, Bharti Airtel, des opérateurs télécoms venus du monde entier cherchent à s’implanter dans un maximum de pays afin de profiter au mieux du faible taux de pénétration actuel (de 33%, en moyenne, en 2008). Faut-il redouter ou au contraire encourager cette explosion du marché des télécoms en Afrique ? Le rapport de l’IFRI s’invite dans le débat en prêchant l’optimisme, chiffres à l’appui. Selon la Banque Mondiale, seulement 1 ménage africain sur 5 dispose d’un compte bancaire. En Afrique, 60% des 400 000 villages africains sont couverts par le réseau télécoms, alors que les agences bancaires ne sont présentes que dans les grandes villes. La mise en relation des banques et des télécoms peut générer une meilleure desserte des territoires, permettant ainsi aux zones rurales de mieux s’insérer dans le circuit économique.

« La téléphonie mobile est une source indéniable de croissance économique et de développement », a expliqué Jean-Michel Huet, spécialiste à BearingPoint des activités Télécoms et Média pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, « il existe une relation positive entre le revenu par habitant et le taux de pénétration mobile ». Une étude de Frontier Economics avance que « le marché des télécoms a fait travailler de manière directe ou indirecte 3,5 millions de personnes en 2007 ».

Le surendettement des opérateurs :
L’Afrique demeure le continent où le nombre de pays en situation de monopole est le plus élevé. Aujourd’hui, le nombre d’opérateurs télécoms est en moyenne, de 2,7 par pays. Le marché des télécoms en Afrique est très hétérogène. Compte tenu de la diversité de ses acteurs, les stratégies d’acquisition et les potentiels de croissance ne sont pas les mêmes.

Certains acteurs comme Bharti Airtel ou Orascom sont des filiales de conglomérats importants, d’autres, comme Orange, sont essentiellement centrés sur l’activité télécoms. Malgré leur rentabilité, les opérateurs surestiment parfois le potentiel de croissance des marchés et ont donc du mal à honorer le remboursement de leur capital et des intérêts associés.

Entre 1995 et 2005, les fonds souverains des pays du Golfe ont remporté la majorité des licences à des montants « surestimés », selon le rapport. Bien que les opérateurs télécoms en Afrique présentent les profits les plus élevés au monde, cette première phase d’extension s’est soldée par un endettement important de ces grands groupes, tant opérateurs télécoms qu’investisseurs. A titre d’exemple, et selon le quotidien Business Wire, les opérateurs télécoms ont contacté plus de 14,7 milliards de dollars de dettes durant les quatre premiers mois de l’année 2007 pour financer leurs projets d’expansion et d’acquisition.

Outre les éventuels problèmes financiers des opérateurs, la continuité de la pénétration des téléphonies mobiles et le développement de nouveaux usages laissent penser que cette activité connaîtra encore de belles années de croissance. « Pour une fois que l’Afrique effectue un rattrapage par rapport au reste du monde, on ne va pas s’en plaindre », a opiné Jean-Michel Huet. Internet sera le prochain grand défi. Pour gagner les cœurs africains, gageons qu’il sera mobile.

Source : afrik.com





video de demonstration de CLIC CONTACT
Marque d'acceptation
cbvisamastercard aurore


Clic Contact - Solution professionnelle d'envoi de SMS

ATP SOFT - 14 ter, Rue Baleste Guilhem - 33120 ARCACHON
Tél. : 05 56 22 19 19 - Fax : 05 56 83 77 94

© 2007-2008 ATP SOFT | Tous droits réservés


cgv clic contact
cgv clic surveillance
condition générale d'utilisation
Nos partenaires